vendredi 10 juillet 2020

Quand on a un GRAND président…



C'est de Richard Vassakos, celui de notre APHG-LR, dont il est question, évidemment. Qui aurait pu émettre une autre hypothèse, d'ailleurs ?
Il vient de signer une tribune dans le quotidien Le Monde : https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/07/05/les-denominations-et-les-statues-n-ont-jamais-ete-aussi-politiques-qu-aujourd-hui_6045245_3232.html
Il faut reconnaître que ce n'est pas donné à toutes les associations. Bravo à lui pour son texte (partiellement accessible seulement car placé, du fait de sa qualité, en zone abonné) !

vendredi 3 juillet 2020

BONNES VACANCES !!!



L'APHG-LR souhaite d'excellentes vacances à tous les collègues, après une année dont l'étrangeté restera dans toutes les mémoires. Seront-elles "apprenantes" ? Avant que l'Education Nationale n'invente la formule, les enseignants d'HG ont toujours eu l'oeil en éveil, en pensant à leur métier et à leur plaisir, car la culture historique et géographique est un plaisir, devant tout ce qui peut y faire écho. Alors, n'oubliez pas de vous reposer et de vous changer les idées !


Bonnes vacances à toutes et à tous !

lundi 22 juin 2020

Une proposition pédagogique à signaler



Notre collègue Dalila Chalabi, membre active de la régionale, vient de publier sur le site national une proposition pédagogique sur le sort des juifs dans la France de Vichy. Bravo à elle pour la qualité de son travail, que vous pourrez retrouver en cliquant sur le lien suivant :
https://www.aphg.fr/Proposition-pedagogique-La-France-defaite-et-occupee-a-travers-les-Lettres

vendredi 12 juin 2020

On nous signale…





Nous nous permettons d'indiquer que notre collègue Franck DORY vient de publier le compte-rendu des actes d'un colloque sur Saint-André disponible via le lien suivant :
http://gedge-graphiste.com/SAINT-ANDRE/01-DORY.zip

D'autre part, nous avons reçu le texte suivant de l'organisation ARKAM, qui s'occupe d'archéologie dans le Narbonnais. La manifestation concernée est susceptible d'intéresser des collègues.

"Les prochaines Rencontres d'Archéologie de la Narbonnaise (RAN) organisé par notre association ARKAM auront lieu du 3 au 7 novembre 2020.

Un festival autour de l'archéologie qui permet aux élèves de rencontrer des réalisateurs des auteurs et des archéologues à Narbonne. 
En accès gratuit, cette 8ème édition proposent une programmation diversifiée de conférences, projections, expositions, salon du livre, ateliers et animations dans plusieurs lieux de la ville de Narbonne, mais également un cadre de récompenses nationales comme les Prix des films documentaires, le Prix du livre d’archéologie, et le Prix de la BD d’archéologie.

Le programme scolaire du festival offre un cadre privilégié pour tous les niveaux scolaires du primaire au lycée : participation au Prix du film documentaire, rencontre avec des professionnels et des auteurs, visites d'exposition, test de visite en réalité virtuelle... Ainsi ce sont plus de 1000 élèves qui participent chaque année à ce festival.

La programmation des RAN 2020 n'est pas encore terminée. Toutefois voici un aperçu des rendez-vous que nous vous proposons.

N'hésitez pas à prendre contact avec nous pour vous renseigner ou réserver certains créneaux !"

lundi 18 mai 2020

Lecture de déconfinement



A quelle échelle organiser le déconfinement ? Au niveau du département, de la région ? Le choix finalement effectué, celui du département, en dit finalement long sur ce que reste l'organisation du pays. Une fois de plus, le département s'ancre dans la tradition française, et il y a fort à parier qu'il en ressortira renforcé dans l'esprit de nos concitoyens. Les identités régionales restent-elles donc une vue de l'esprit ? C'est en tout cas l'occasion d'y réfléchir, à partir d'un ouvrage récent d'Olivier Grenouilleau, Nos petites patries. Identités régionales et Etat central, en France, des origines à nos jours.








Olivier GRENOUILLEAU, Nos petites patries. Identités régionales et Etat central, en France, des origines à nos jours, Collection Bibliothèque des Histoires, Gallimard, Paris 2019, 281 pages.


 


Il est des auteurs que l’on se plaît à retrouver, et plus encore quand ils quittent leurs chasses gardées pour aller braconner ailleurs. Olivier Grenouilleau est de ceux-là. Spécialiste reconnu de la question des traites et de l’esclavage, le voici qui nous offre un livre sur l’histoire du fait régional en France. Il s’explique de ce choix dans son introduction : l’âge avançant, l’historien, et l’homme qui est en lui, se penchent sur leurs racines, en fait sur le rapport qu’ils entretiennent à leur pays. Il a lu, il a dirigé des travaux, et il présente à la fois une synthèse et une série de pistes de réflexion sur cette histoire du fait régional en France.


S’il évoque, pour une comparaison, les structures de la Gaule romaine ou du Moyen-Age, le corps de son ouvrage se rapporte aux trois derniers siècles suivant un plan globalement chronologique. Il présente ainsi la création ou la tentative de création d’identités régionales et les met en regard de l’évolution des structures administratives du pays dans leur dimension territoriale. Que retenir de ce parcours ? D’abord, la dimension identitaire, culturelle, est largement une invention du XIXème siècle. En fait, elle se développe en parallèle du sentiment national, et pas contre lui. C’est l’âge romantique qui amène à une assimilation entre un territoire et sa population, jusqu’à figer le résultat dans les stéréotypes bien connus du Breton dur comme le granit ou du Corse orgueilleux et indolent. Cela se produit sous l’effet d’un double mouvement : celui de groupes plus ou moins soucieux de folklore ou de langues régionales comme les Félibres, et celui de l’Etat qui essaie d’inventorier son territoire et sa population par des agents qui ne cessent de mettre en exergue les particularités de l’espace dont ils ont la charge, le mouvement commençant sous le Premier Empire. Pendant longtemps, cela ne débouche pas sur des tensions politiques car l’attachement à la « petite patrie » est vu comme une propédeutique à l’amour du pays. Ce n’est qu’entre les deux conflits mondiaux que ces deux éléments se perçoivent parfois comme contradictoires, avec par exemple l’apparition d’un parti autonomiste breton. La période de l’Occupation aboutit finalement à discréditer les discours autonomistes, car ceux qui les tiennent finissent, par détestation de la France, par sympathiser avec les nazis quand ils ne prennent pas l’uniforme SS. Le régionalisme culturel renaît pourtant, dans les années 1960-1970, mais cette fois avec des valeurs qui se veulent de gauche, au temps de la décolonisation et de la remise en cause de la France et de son Etat centralisateur.


L’aspect identitaire n’a donc finalement pas été un grand souci pour l’Etat central. Par contre, que de débats a-t-il pu produire pour déterminer la nature, les limites et le degré d’autonomie de ce que l’on appelle aujourd’hui les circonscriptions territoriales ! A lire Grenouilleau, on reste interdit devant l’ancienneté de ces questions et le nombre de « réformes »  qui ont pu leur être consacrées. Fénelon propose dès la fin du XVIIème siècle un système d’assemblées locales pour que le roi soit mieux obéi et perçoive plus facilement les impôts. D’Argenson demande dès 1737 le découpage du pays en territoires égaux qu’il nomme « départements ». Necker crée des assemblées provinciales. Dans une période plus récente, on ne compte pas moins de 24 propositions de régionalisation entre 1886 et 1919. Ces débats et ces propositions semblent traverser toutes les périodes et tous les régimes. Clémentel demande le découpage du pays en une vingtaine de régions en 1917 pour faciliter l’effort de guerre. R. Alibert en prévoit 26  sous le régime de Vichy, moment où apparaît l’expression d’ « aménagement du territoire », tandis que le service chargé de l’étude statistique de la population est dirigé par Jean-François Gravier. Les « régions de programme » sont lancées en 1956, et le cadre reste géographiquement à peu près stable jusqu’à la réforme de 2013. Les pouvoirs, eux, sont considérablement élargis avec la décentralisation. Le moment révolutionnaire passe dès lors pour ce qu’il fut : le temps du seul grand changement possible et réalisé d’un coup. La pérennité de son résultat, les départements, s’explique par leur efficacité dans la gestion du pays, dont tous les régimes en place ont joué, et sans doute aussi dans la satisfaction de toutes les villes et de tous les notables qui y ont vu la confirmation ou l’extension de leur rôle. La période actuelle, quand à elle, pose la question de leur place face à un Etat qui se refuse à être autre chose que défaillant. Les fonctionnements dérogatoires à la règle commune sont de plus en plus nombreux, et on observe une volonté nouvelle d’ancrer l’action régionale dans le culturel, alors qu’elle avait toujours eu une dimension surtout technocratique.


On a donc un ouvrage qui suscite la réflexion, et si l’on peut ne pas être d’accord avec l’auteur, par exemple lorsqu’il considère avec optimisme les identités régionales comme une porte ouverte sur l’avenir (on pourrait tout aussi bien y voir un rétrécissement artificiel des horizons pour satisfaire quelques élus et quelques groupuscules en mal de notoriété), on n’en apprécie pas moins son érudition et sa réflexion régional sur l'objet historique complexe à part entière qu'est le fait régional.

Jean-Philippe Coullomb

samedi 9 mai 2020

Annulations



En cette fin de confinement, l'APHG-LR ne peut qu'annoncer officiellement le report sine die des manifestations prévues d'ici la fin de l'année scolaire, à savoir principalement une soirée Géopolitique au lycée Joffre, ainsi que la visite avec temps convivial de fin d'année scolaire.
"Le Covid m'a tuer", pourrait-on dire. Non, ces actions auront lieu lorsque la situation le permettra.
Bon courage à tous et continuez à prendre soin de vous et de vos proches.

mardi 5 mai 2020

Un travail avec les élèves : les arènes de Nîmes



Notre collègue Dalila Chalabi vient de publier un travail à effectuer avec les élèves, mis en ligne sur le site national de l'APHG.
On le trouvera via le lien ci-dessous :
https://www.aphg.fr/Travailler-sur-l-amphitheatre-de-Nimes-avec-le-site-de-l-INRAP
Bravo à elle !