samedi 9 octobre 2021

Venue de Dominique Garcia à Béziers le 17 septembre

 M. Dominique Garcia, président de l'INRAP, nous a fait l'honneur d'accepter notre invitation chez nos amis de Scène de Bayssan, à Béziers, le 17 septembre dernier, au moment des Journées du Patrimoine.

Passionné et passionnant, M. Garcia a introduit son sujet en soulignant combien l'archéologie est un travail sur le réel, ce qui n'est pas sans intérêt en ces temps de fake news généralisées. 

Il a alors présenté les apports récents de cette discipline dans la connaissance de notre région avant la conquête romaine. On y trouvait notamment du cuivre, et des objets du Languedoc façonnés au VIIème siècle av. J.-C. ont été retrouvés jusqu'en Grèce. Surtout, la région était une étape obligatoire pour le commerce de l'étain et de l'ambre venant de contrées septentrionales et se dirigeant vers la Méditerranée. En sens inverse, c'était bien sûr le vin qui circulait. Ce commerce était structuré : on a trouvé un contrat daté de 450 av. J.-C. près de Sigean. 

Dans ce contexte, on voit des villages sédentaires se former, comme à Martigues, peut-être copié sur ce qui se faisait à Marseille. L'étude des tombes permet de constater l'arrivée de vagues successives de commerçants : aux Etrusques, qui dominent jusque vers 450 av. J.-C., succèdent ainsi les Marseillais. Les amphores de ces derniers disparaissent avant même la provincialisation romaine, et cèdent la place aux amphores italiques tout au long du IIème siècle av. J.-C...

On a ainsi le portrait d'une région qui se construit par le contact et le mélange des populations et des habitudes. Au passage, D. Garcia explique que l'on n'a jamais trouvé à Béziers de trace d'habitat antérieures à la fondation de Marseille, mais seulement d'objets évoquant le commerce, laissant donc à la cité phocéenne son titre de plus ancienne ville du pays. 

On ne peut que remercier encore Dominique Garcia de son intervention, ainsi que tout le personnel de Scène de Bayssan, à commencer par M. Luc Tapié, pour la qualité et la chaleur de leur accueil dans un lieu magnifique.







mercredi 22 septembre 2021

Mathilde Larrère à Béziers

 Dans le cadre de notre partenariat avec nos amis de Scènes de Bayssan à Béziers, l'APHG-LR accueille le samedi 2 octobre à 19 h Mathilde Larrère, qui viendra nous parler des révolutions. C'est avec plaisir que nous retrouverons cette historienne engagée qui était déjà venue pour nous parler des femmes et des minorités en lutte. 



vendredi 10 septembre 2021

Conférence à Béziers

 L'APHG-LR est heureuse de pouvoir annoncer qu'elle relance ses conférences en chair et en os, pardon, en présentiel comme on dit maintenant, à Béziers, avec nos partenaires de Scène de Bayssan, dont nous ne pouvons que louer l'efficacité. Elle le fait à l'occasion des journées du Patrimoine le week-end prochain.

L'invité sera M. Dominique Garcia, directeur de l'INRAP et professeur d'archéologie à l'université d'Aix-Marseille. Il présentera l'état des dernières recherches sur les Gaulois à 20 heures le 17 septembre prochain.

Ce sera avec un immense plaisir qu'elle vous retrouvera. Le pass sanitaire sera évidemment de rigueur.




jeudi 9 septembre 2021

ATTENTION CHANGEMENT D'HORAIRE

 Nous signalons que le café virtuel du 16 septembre, initialement programmé à 19 h, a été décalé à 21 h, du fait de réunions professionnelles pour certains des organisateurs. Qu'on se le dise !

vendredi 3 septembre 2021

C'est la rentrée !

 L'APHG-LR tient d'abord à souhaiter une excellente rentrée et une excellente année scolaire à tous les collègues. Elle continue son bonhomme de chemin et elle va s'efforcer d'offrir activités et contenus, en distanciel comme en présentiel, dans la mesure où cela sera possible.

Pour commencer cette nouvelle année, et en attendant la joie de se retrouver physiquement, l'APHG-LR coorganise avec son homologue du Nord un café virtuel le 16 septembre prochain à 19 h avec Charlotte Ruggeri, auteure d'un Atlas des villes mondiales. Les inscriptions sont à prendre sur notre boîte régionale : aphg.languedoc@gmail.com




vendredi 27 août 2021

Lecture d'été 2021 - 4 : La Bombe atomique, de Hiroshima à Trump, par Jean-Marc Le Page

 

Jean-Marc LE PAGE, La bombe atomique, de Hiroshima à Trump, Passés Composés, Paris 2021, 319 pages.

 

Parmi les risques placés en surplomb au-dessus de notre monde, le risque nucléaire n’a pas disparu, même s’il semble moins prégnant qu’aux pires moments de la Guerre froide, et le  livre de J.-M. Le Page est une occasion de se pencher à nouveau sur lui. Spécialiste de la guerre d’Indochine et de la Guerre froide en Asie, l’auteur nous offre ici un petit résumé, suivant un plan chronologique, des moments de tension aux cours desquels l’usage de l’arme nucléaire put être évoqué.

De la guerre de Corée jusqu’aux crises autour du nucléaire iranien, on a ainsi un rappel  d’une collection de moments de tension, sous la forme de chapitres courts (une vingtaine de pages), qui ont nourri de fortes inquiétudes. Sauf pour l’épisode de Cuba, on sort d’ailleurs plutôt rassuré de cette lecture. Souvent mise en avant, la menace atomique fut et reste  intégrée dans un fonctionnement de gesticulation, menaçante certes, mais où la rationalité contrôle et domine les événements. Aucun des Etats concernés n’a jamais vraiment voulu d’un recours à l’apocalypse, car ses intérêts vitaux n’étaient pas en jeu. A ce titre, Le Page fait un sort au ton alarmiste d’un documentaire comme celui qui a popularisé l’exercice de l’OTAN Able Archer en 1983. Le risque, s’il y en eut un, venait plutôt de la médiocrité des services d’alerte soviétiques, source d’angoisse pour les dirigeants du Kremlin. Même en Corée du Nord, l’arme atomique est utilisée de façon très rationnelle, comme élément de chantage et assurance-vie d’un régime qui n’a essentiellement pas envie de céder le pouvoir. Le risque de l’accident ou  du bug, popularisé par le film « Wargames », semble avoir été pratiquement plus dangereux, car il s’est produit, et il aurait bien pu échapper à tout contrôle. L’amélioration constante des procédures le rend cependant bien moins plausible actuellement, au moins pour les superpuissances. 

Mise au point simple et facile à lire, cet ouvrage pourra être recommandé à des lycéens qui s’intéressent à ce sujet, et il constituera sans nul doute un bon achat pour un CDI. S’il intègre un glossaire et un index bien utiles, il devra cependant être complété par une cartographie sérieuse.

 

Jean-Philippe Coullomb

mardi 24 août 2021

Notre président écrit

 Pour la rentrée, Richard Vassakos publie un livre sur les (més)usages de l'Histoire par l'actuelle municipalité de la ville de Béziers, dirigée par Robert Ménard. Le livre peut être pré-commandé à l'adresse suivante :

https://www.editionslibertalia.com/catalogue/poche/la-croisade-de-robert-menard


On l'a compris, en plus de son immense dévouement à l'APHG, notre président est un homme engagé, élu local actif et apprécié.