mardi 22 janvier 2019

CONFERENCE A LA MEDIATHEQUE DE BEZIERS

L'APHG-LR signale, dans le cadre de son partenariat avec les CPGE du lycée Henri IV à Béziers, qu'une conférence ouverte à tous est programmée à la médiathèque de Béziers le vendredi 25 janvier prochain à 18 h 30. Le conférencier invité par notre collègue M. Soria est  le philosophe Thierry PAQUOT, professeur émérite à l'Institut d'urbanisme de Paris et auteur d'un ouvrage sur le thème de la conférence : Utopies, utopistes et "désastres urbains". Il s'exprimera également le lendemain devant les élèves de CPGE du lycée.



jeudi 17 janvier 2019

Belle soirée à Sortie-Ouest!



Mercredi 16, le public biterrois a pu profiter d'une belle conférence organisée rapidement par l'APHG-LR et son président Richard Vassakos en partenariat avec nos amis de Sortie-Ouest, près de Béziers, et notamment de Laurence Vieira. Nous ne pouvons que saluer ici l'extrême disponibilité et la qualité de l'accueil qui nous est réservé à chaque fois, avec même une mise à disposition sans préavis d'un matériel pas prévu initialement.
Cette conférence, organisée à la demande de notre collègue Béatrix PAU, a été passionnante de bout en bout et a attiré un public nombreux, avec notamment une délégation de collègues du lycée Jean-Moulin de Béziers.
S. Tison a commencé par remettre en perspective la constitution des grandes nécropoles nationales à l'issue de la Première Guerre Mondiale, qui marque à la fois un deuil de masse et la volonté forte d'une personnalisation des sépultures, jusque là extrêmement rare. Ces "sites de conscience" sont maintenant candidats à un classement à l'UNESCO.
B. Pau a ensuite présenté les conditions dans lesquelles les corps des soldats français ont été regroupés, sur l'avis du général de Castelnau, dans ces quelques immenses nécropoles. Les adjudicataires privés chargés de ce travail l'ont alors effectué dans des conditions qui relevaient du pur scandale, qui a d'ailleurs fini par éclater : les entreprises, manquant de main d'oeuvre, étaient en effet payées en fonction du déplacement des corps, ce qui suffit à expliquer bien des pratiques peu reluisantes.
B. Duchene a enfin présenté les résultats de ses fouilles effectuées sur le cimetière militaire allemand de Boult-sur-Suippe, près de Reims. Entre morceaux humains plus ou moins épars et tombes individuelles contenant plus de deux pieds, il a pu retrouver des corps clairement identifiables par leurs plaques supposés officiellement enterrés ailleurs.
On l'a compris, c'est à regret  qu'il a fallu conclure cette soirée en tous points passionnante sur un sujet qui s'avère loin des images d'Epinal chargées d'émotion qu'il peut suggérer habituellement.






jeudi 10 janvier 2019

Conférence à Saint-Gély-du-Fesc



L'APHG Languedoc-Roussillon signale et soutient une conférence le vendredi 11 janvier 2019 à 19 h 30 :


"Les mobilités locales en France : état des lieux et perspectives "


Par Laurent Chapelon
Professeur d’Aménagement de l’espace et d’Urbanisme, Université Paul-Valéry-Montpellier
Directeur de la Faculté des Sciences Humaines et des Sciences de l’Environnement-UFR3




Restaurant "Les Coulondrines" (04-67-84-30-12) à Saint Gély-du-Fesc
Entrée Libre


Cette conférence vise à analyser l’évolution des mobilités locales en France au cours des quarante dernières années et à discuter des leviers d’action possibles pour promouvoir une mobilité plus durable. La mobilité locale couvre l’ensemble des déplacements réalisés dans un rayon de 80 km autour du domicile et sur le territoire national. Elle concerne les déplacements quotidiens pour aller travailler, étudier, faire ses courses, ses démarches administratives, se rendre sur un lieu de loisir… Elle représente 98% des déplacements des personnes résidant en France. Or depuis 40 ans ces déplacements ont connu de profondes transformations. Les distances se sont allongées grâce à l’augmentation des vitesses induisant des phénomènes d’étalement urbain. Il est devenu possible d’habiter loin de son lieu de travail tout en conservant un temps de trajet acceptable. Il s’en est suivi une forte dépendance automobile accompagnée par des politiques publiques très favorables à ce mode de transport. Or, les problèmes de congestion et de pollution induits par la voiture individuelle imposent aujourd’hui de repenser l’organisation du système de transport dans sa globalité. La mobilité durable s’est peu à peu imposée au cœur des politiques publiques de transport. Mais réduire la dépendance automobile n’est pas chose aisée tant les modes de vie se sont structurés autour de l’automobile. Renoncer à la voiture ce n’est pas simplement changer de mode de transport, c’est modifier nos habitudes, nos activités, notre manière d’appréhender l’espace géographique. La conférence sera donc l’occasion de présenter la diversité des solutions permettant de rendre notre mobilité plus durable et de discuter de leur efficacité. Aujourd’hui il n’y a pas de levier d’action unique efficace pour y parvenir mais une somme de leviers que les pouvoirs publics seraient bien inspirés d’actionner pour répondre à des besoins de déplacements de plus en diffus dans l’espace et dans le temps.

CONFERENCE EXCEPTIONNELLE MERCREDI 16 JANVIER



A l'occasion de la présence dans notre région d'universitaires spécialistes des rites et sites funéraires de la Grande Guerre et en continuité avec les commémorations du centenaire de 14-18,  l'APHG-LR a le plaisir de vous présenter, en partenariat avec notre collègue Béatrix PAU, une conférence qui n'était pas prévue dans notre programme initial :

les mutations apportées par 14-18 dans l'approche culturelle et anthropologique des rites funéraires militaires.

Stéphane Tison MCF Université du Maine
Bruno Duchêne, Chercheur à l'INRAP de Reims
Beatrix Pau Professeur au Lycée Jean Moulin Béziers, docteure en histoire contemporaine et auteur du "Ballet des morts"




La Grande Guerre marque le passage de la fosse commune à la tombe individuelle. A compter de la loi du 29 décembre 1915 la République française officialise la création des sépultures militaires individuelles, dans le respect des rites cultuels, et s'engage à les entretenir. Pour autant, à la fin du conflit, tout reste à faire et le "nettoyage" des champs de bataille s'impose.
Face à l'immensité de la tâche, l'Etat recourt à des entreprises privées pour créer ces cimetières militaires. Or ces entrepreneurs funèbres devinrent de véritables mercantis de la mort qui s'enrichirent sur le dos des Morts pour la France et de l'Etat. D'ailleurs les fouilles sur les sites funéraires de la Grande Guerre et de les découvertes macabres de l'INRAP confirment ainsi le scandale des "nécrophores" de la mort.

Epic Hérault Culture
Théâtre Sortie Ouest Béziers,
Sortie A9 n°36
18h30
Restauration possible sur réservation.

Le bureau de l'APHG Languedoc-Roussillon

vendredi 4 janvier 2019

BONNE ANNEE 2019!!!




L'APHG-LR vous présente ses meilleurs vœux de succès et de d'épanouissement personnel et professionnel pour l'année qui s'annonce. Elle poursuivra ses efforts pour satisfaire au mieux les collègues et recueillir toutes les propositions qu'ils pourront émettre.
Elle profite de cette occasion pour vous rappeler la suite de son programme de conférences à Sortie-Ouest, près de Béziers (l'horaire est toujours 18 h 30) :
_le 6/02, Denis Peschanski viendra nous parler de la France des camps ;
_le 13/03, Mathilde Larrère interviendra sur "Femmes et minorités : dominations et résistances" ;
_le 17/04, Philippe Lacombrade nous parlera de l'histoire du rugby en Occitanie.


A cela, il faut rajouter, dans le cadre du partenariat avec les classes préparatoires du lycée Henri IV de notre collègue Laurent SORIA, une conférence de M. PACQUOT intitulée "Utopies, utopistes et "désastres urbains"", le 25 janvier à 18 h 30.


Ce sera toujours avec un grand plaisir que nous vous y retrouverons.


Enfin, nous pouvons signaler, même si l'APHG n'est pas impliquée directement, le festival de la biographie à Nîmes les 25, 26 et 27 janvier prochain au Carré d'Art. Nul doute que nombre de nos collègues y trouveront leur miel.






Bonne et heureuse année 2019!

mardi 25 décembre 2018

LE TEMPS DES CADEAUX


C’est Noël et c’est la saison des cadeaux, comme chacun sait. Vous avez gâté consciencieusement votre famille et vos proches conformément aux rites établis. Alors, n’oubliez le petit soulier de votre APHG préférée ! Comment ? Faites abonner le CDI de votre établissement à la revue de l’association, l’admirable Historiens et Géographes, qui a bercé tant de studieuses journées à préparer ces difficiles concours qui vous valent la joie, aujourd’hui, de transmettre un savoir si beau à de jeunes têtes si demandeuses de culture. Vous répondrez, avec plus de lucidité que l’auteur de ces lignes, que vos 6ème de collège REP + ne préparent pas l’agrégation externe d’Histoire ou de Géographie. Et vous aurez bien raison ! Nonobstant, veuillez considérer par exemple le dossier que le n° 444 contient sur l’enseignement de l’Histoire de l’Antiquité. Il a été rédigé par nos collègues de la SoPHAU (Société des Professeurs d’Histoire Ancienne des Universités).

Parmi bien des contributions dignes d’intérêt, on relèvera celle de Maurice Sartre sur le judaïsme à l’époque gréco-romaine, où il évoque plusieurs points, dont par exemple la question du Temple de Jérusalem. Sa destruction, lors de la révolte de 70, est grave car il était le seul lieu où les sacrifices avaient lieu. Mais dès avant cette révolte, la pratique des sacrifices était contestée, et elle ne fait que précipiter une évolution vers un judaïsme plus intériorisé, qui existait déjà dans les communautés les plus éloignées. La disparition du Temple entraîna d’abord celle du sacrifice. Une œuvre exégétique énorme se développa en retour. La population, elle, ne fut en aucun cas systématiquement déportée, même si les captifs pris suite au combat furent vendus comme esclaves dans toute la Méditerranée. C’est la christianisation de l’Empire, à partir de la fin du IVème siècle, qui entraîne l’apparition de pratiques clairement antijuives, venant d’abord d’évêques. Par la suite, les textes impériaux sont de plus en plus rigoureux envers les juifs, jusqu’à l’édit d’Héraclius du 31 mai 632 qui voulait obliger les juifs de l’Empire à la conversion. Il resta lettre morte, mais on comprend mieux l'accueil positif que les conquérants arabes auraient eu de la part des juifs de Homs cette année-là.

La revue reste fidèle à sa vocation : créer un lien entre les professionnels que nous sommes, et leur permettre de rafraîchir ou de mettre à jour leurs connaissances, afin d’améliorer le travail que nous faisons au quotidien avec nos élèves.







lundi 17 décembre 2018

LE FIG DE SAINT-DIE

Notre collègue Jean-Marc Capdet s'est rendu au FIG de Saint-Dié dans les Vosges. On trouvera ici
un récit de son déplacement où il a représenté dignement l'APHG-LR. Si le dévouement et le sérieux de J.-M. Capdet ne sont plus à démontrer, son sens de l'humour dans la description des tribulations d'un sudiste en déplacement dans les Vosges sera également apprécié. L'APHG-LR est donc heureuse de pouvoir annoncer qu'elle lui versera les 150 euros de défraiement proposés à un collègue faisant le déplacement en ces lointaines contrées. Nous lui disons encore un grand merci!