dimanche 14 octobre 2018

CONFERENCE A LA MEDIATHEQUE DE BEZIERS



L'APHG-LR signale, dans le cadre de son partenariat avec les CPGE du lycée Henri IV à Béziers, qu'une conférence ouverte à tous est programmée à la médiathèque de Béziers le 19 octobre prochain à 18 h 30. Le conférencier invité par notre collègue M. Soria est le journaliste Mickaël CORREIA, auteur d'une récente Histoire populaire du football. Il s'exprimera également le lendemain devant les élèves de CPGE du lycée.



vendredi 5 octobre 2018

CONFERENCE A SORTIE-OUEST



Dans le cadre de son programme annuel de conférences, l'APHG-LR accueille  à Sortie-Ouest le mercredi 17 octobre à 18 h 30 notre collègue François WAAG qui viendra nous parler du thème "Socialisme et syndicalisme en Allemagne 1875-1945" à partir du cas de l'Alsace qu'il connaît bien. Cette question intéressera au premier chef tous les collègues enseignants en classe de terminale. Les élèves concernés sont aussi les bienvenus.



lundi 24 septembre 2018

VENUE DE GERARD NOIRIEL A SORTIE-OUEST



Invité vendredi 21 au soir en ouverture des Chapiteaux du Livre, en partenariat avec l'APHG-LR, Gérard Noiriel  a régalé l'auditoire par son intervention consacrée au thème de son dernier ouvrage, Une histoire populaire de la France. Remontant à la fin du Moyen-Age, il a présenté les différentes acceptions qu'a pu recouvrir le terme "peuple" depuis cette époque. Souvent employé de façon très péjorative, il a longtemps structuré le champ politique avant d'être carrément évacué des discours les plus actuels, qui n'envisagent le monde que sous l'angle des gagnants ou en tout cas des classes moyennes intégrées à la mondialisation. Pourtant, loin des "premiers de cordée", le monde des classes populaires est loin d'avoir disparu. Il est surtout devenu plus atomisé, et donc sans doute plus dur, ce qui devrait rendre encore plus évidente la nécessité de s'en préoccuper.
Remercions donc encore une fois Gérard Noiriel et Sortie-Ouest pour la qualité de cette soirée très réussie.









mardi 18 septembre 2018

RENTREE LITTERAIRE



L'APHG-LR est heureuse de pouvoir annoncer la parution d'un ouvrage de Richard Vassakos, son président, intitulé La République des plaques bleues. Il montre l'importance symbolique du choix des noms de rues et des luttes qu'il a pu produire. Gageons que ce livre, axé sur le Biterrois, saura trouver son public.





Le bureau de l'APHG-LR précise, par souci d'honnêteté, que :
1) l'achat n'est pas déductible de l'adhésion à l'association ;
2) ce post a été placé sans l'avis du président, trop modeste et trop attaché à la séparation des genres, pour le faire lui-même. Mais franchement, il le mérite.


dimanche 9 septembre 2018

CONFERENCE A BEZIERS



Dans le cadre de son programme annuel de conférences, l'APHG-LR accueille exceptionnellement à Sortie-Ouest près de Béziers, Gérard Noiriel le 21 septembre à 21 heures pour les Chapiteaux du Livre. Il s'exprimera sur une histoire populaire de la France, titre de son nouveau livre. Signalons qu'il fut l'auteur d'un ouvrage sur le massacre des Italiens à Aigues-Mortes en 1893.
Cette soirée est bien sûr ouverte à tous.



dimanche 26 août 2018


A VOS AGENDAS!

VOICI LE PROGRAMME DE L'APHG-LR 2018-2019


 

Voici le programme des conférences prévues par l'APHG-LR pour l'année 2018-2019. Comme à l'accoutumée, elles seront organisées à Sortie-Ouest, près de Béziers. Nous remercions encore chaleureusement toute l'équipe qui nous y accueille, et d'abord Mme Boubekeur.

M. Gérard Noiriel, "une histoire populaire de la France" le 21 septembre

M. François Waag, "socialisme et syndicalisme en Allemagne de 1875 à 1945, l'exemple de l'Alsace" le 17 octobre

M. Jean-Clément Martin, "la Terreur, logique politique, dévoiement ou manipulation?" le 21 novembre

M. Denis Peschanski, "La France des camps" le 6 février

Mme Mathilde Larrère, "Femmes et minorités : dominations et résistances" le 13 mars

M. Philippe Lacombrade, "Une histoire du rugby en Occitanie" le 17 avril

 

En complément, et c'est une nouveauté de l'année, l'APHG-LR sera partenaire d'un cycle de conférences organisées à la médiathèque André-Malraux de Béziers par notre collègue Laurent Soria, enseignant en CPGE au lycée Henri IV.

M. Correia sur le foot les 19 et 20 octobre

Amzat Boukari Yabara sur le panafricanisme les 16 et 17 novembre

M. Pacquot sur utopies, utopistes et "désastre urbain" les 25 et 26 janvier

 

TOUTES CES CONFERENCES SONT BIEN SUR OUVERTES A TOUS!!! Qu'on se le dise!




 



 

jeudi 2 août 2018

Lecture d'été (2) : Montaigne d'Arlette JOUANNA





Arlette JOUANNA, Montaigne, NRF, Gallimard, Paris 2017, 459 pages.

 

C’est toujours avec gourmandise que l’on ouvre un livre écrit par Mme Jouanna, et on se surprend à entendre le son de sa voix lorsqu’on lit son ouvrage. Son enseignement a en effet marqué des générations d’étudiants et de professeurs d’Histoire-Géographie à l’université de Montpellier. Elle nous livre ici une biographie toute en finesse d’un personnage qui ne l’était pas moins, Michel de Montaigne. Elle déroule la vie d’un homme qui reste une source de réflexion et d’inspiration pour les penseurs actuels.

C’est que le personnage a de quoi dérouter : c’est à trente-huit ans, en 1571, qu’il fait le choix de faire « retraite », de « se rasseoir en soi », en se disant « dégoûté » de la vie de Cour et des honneurs. C’est de ce choix, d’ailleurs pas définitif, que nous viennent ses Essais, si connus du vivant même de Montaigne qu’ils en ont été caricaturés dans les Apophtegmes du sieur Gaulard de Tabourot. Il faut dire que son œuvre finit par prendre un poids déterminant sur sa vie et il les annota et travailla à leur publication jusqu’au bout. Regorgeant de détails sur la vie de son auteur (on est très bien renseigné sur ses goûts en matière de fruits et légumes par exemple), elle laisse curieusement dans l’ombre des pans entiers de son existence que la modicité de sources autres ne permet pas toujours d’élucider. A partir de là, les interprétations sur l’homme ont pu être aussi nombreuses que contradictoires : certains ont pu voir en Montaigne un pur esprit, d’autres l’inventeur du sujet, d’autres encore un serviteur zélé et passablement ambitieux du pouvoir monarchique.

Mme Jouanna le replace alors, avec la précision d’entomologiste qu’on lui connaît, dans son époque, qu’il s’agisse du cadre matériel ou des relations dans le milieu nobiliaire. Issu d’une famille enrichie dans le commerce et qui avait investi dans une seigneurie, il reçoit une éducation soignée pour autant qu’on puisse l’évaluer puisqu’on perd sa trace durant ses années de jeunesse. Ayant reçu de son oncle une charge à la cour des Aides de Périgueux avant qu’elle ne soit fusionnée avec celle de Bordeaux, il entame une carrière de magistrat tout en ayant l’esprit marqué par la notion de liberté, chère aux nobles. Catholique mais issu d’une famille divisée, à l’image du pays, par la question religieuse, il admire le chancelier Michel de L’Hospital et il est sans doute proche des « moyenneurs » puis des « Politiques » face aux extrémistes religieux. Il fréquente la Cour et il a rencontré personnellement Henri III et Henri IV. Il a eu la tentation de l’ascension, et il a sans doute envisagé les Essais comme un moyen de se faire connaître, dans la perspective néo-platonicienne de conseiller d’un roi-philosophe. Maire de Bordeaux de 1581 à 1585, il fait tout son possible pour maintenir la ville dans l’obéissance au roi, face à la Ligue ultracatholique. Mais toujours, il refuse les sujétions qui vont avec le service du pouvoir, y compris quand il s’agit de sujétion interne : il refuse de s’envisager uniquement comme le serviteur d’un ordre même acceptable.

Cette volonté de toujours garder son quant-à-soi est une marque de fabrique du personnage, qui se méfie des certitudes, des théories et du dévouement complet à une cause. A partir de là, on peut revisiter avec Arlette Jouanna les points les plus connus des Essais au fil de l’histoire de leur écriture. L’amitié avec La Boétie, si souvent commentée quoiqu’assez courte (quatre à six ans), est surtout une façon de vanter une relation qui n’était empreinte d’aucun intérêt et d’aucune soumission, contrairement à ce que ce terme recouvrait alors habituellement chez les nobles. Ainsi, elle devenait synonyme d’égalité et de liberté. Le passage sur les « cannibales » renvoie bien sûr aux violences des guerres de Religion, et le regard des « sauvages » permet de poser très librement des observations que l’on ne pourrait donner sans eux. D’ailleurs, à le suivre, c’est  en « sauvage » que Montaigne accepte la charge de maire de Bordeaux, c’est-à-dire hors de toutes les sujétions habituelles qui entravent la liberté. L’Apologie de Raymond Sebond, auteur du XVème siècle qui voulait prouver rationnellement la justesse de la religion, sert à mettre en garde contre l’orgueil intellectuel et contre l’esclavage de l’esprit que constitue la certitude d’avoir raison. Montaigne, très conscient de ses propres contradictions, est l’homme du doute, mais d’un doute qui est une recherche perpétuelle et jamais un abandon de la volonté. Ce doute n’est en rien contradictoire avec l’obéissance, mais une obéissance raisonnée, librement acceptée et exercée, qui permet au corps politique du pays de vivre de façon aussi harmonieuse que possible. Aimant et décrivant la vie avec minutie, il s’attarde sur une chute de cheval restée célèbre mais que l’on a du mal à dater précisément. Il la prend comme une expérience de ce que devrait être la mort, dont il explique qu’il ne faut pas avoir peur. C’est que finalement le travail sur soi est une œuvre noble, qui ne saurait se plier à des règles aussi vulgaires que peut l’être une planification précise. Et ce sont bien les surprises et les rencontres qui font que l’on se découvre progressivement à soi-même. Ainsi, le voyage devient un moyen de rentrer en soi. Mort en 1592 sans avoir connu le retour de la paix, Montaigne n’en a pas moins été reconnu comme un membre éminent d’une république des lettres européenne, ainsi qu’en atteste par exemple sa correspondance avec Juste Lipse.

Originale en son temps, la démarche de Montaigne lui a permis de se protéger et a inspiré bien des gens attachés à l’idée de liberté, ce qui valut d’ailleurs aux Essais d’être mis à l’index par l’Inquisition pontificale de 1676 à 1966.  Au final, le plus beau compliment que l’on puisse faire au travail d’Arlette Jouanna est de constituer une invitation à se (re)plonger dans la lecture d’un texte souvent difficile mais toujours pénétrant.

Jean-Philippe Coullomb