samedi 15 juin 2019

SORTIE ANNUELLE DE L'APHG-LR

Le samedi 22 juin, l'APHG-LR organise sa sortie annuelle, ouverte à tous, sur le site de la villa gallo-romaine de Loupian. Le rendez-vous est fixé à 10 heures.
Un repas en commun est prévu ensuite au restaurant Chez Rose et Alain, au prix de 32 euros. Tous les renseignements figurent sur les documents joints. Il faut penser à s'inscrire.
L'après-midi se poursuivra au restaurant pour l'Assemblée Générale de l'association, réservée elle aux seuls membres.



mercredi 12 juin 2019

Programme détaillé de la fête du livre d'Histoire à Vendres



Toute la journée (10h-18h30) 25 auteurs en dédicace :
  • 10h-12h Yoga littérature
  • 10h15 Spectacle Tâne petit âne en chemin
  • 11h Atelier Pop-up (livre animé)
  • 11h Atelier BD avec Benoît Lacou
  • 11h Conférence débat "Solidarité autour du Camp d’Agde par Christine Delpous
  • 12h30 Remise du prix du salon du livre
  • 14h Atelier Sérigraphie « mai 68 »
  • 16h Conférence débat comprendre la question catalane par Nicolas Marty
  • 16h Chasse au trésor
  • 17h Prix du concours lecture des écoles
  • 17h30 Spectacle Chim’érique
  • 18h30Table ronde « Retour sur 68 »
Les auteurs présents : Francis Andrieu, Pierre Alazard, Henri Barthès, Alex et Jacqueline Bèges, Hugues Bousquet, Roger Bonnaval, Robert Cavalié, Monique Calvel-Lévêque,Alain d’Amato, Christine Delpous, Jacques Dugas, Christian Ecken, Gaetan franco, Jean Hillaireau, Benoit Lacou, Jean-Louis Martin, Nicolas Marty, Jacques Nougaret, Jean-Pierre Nitus, Beatrix Pau, Alain Sagnes, Jean Sagnes, Richard Vassakos.

vendredi 7 juin 2019

Fête et salon du livre d'Histoire à Vendres



L'APHG-LR signale, soutient et participe à la fête et au salon du livre d'Histoire organisés cette année à Vendres dans l'Hérault. La bande dessinée historique y aura une large place, et une table ronde intitulée "Retour sur 68" clôturera la journée de 18 h 30 à 19 h 30, avec la participation de l'universitaire bien connu Jean Sagnes. Notre collègue Christine Delpous y présentera une conférence-débat sur le thème du camp d'Agde et de la Retirada de 11 h à 12 h.
Cette manifestation est programmée le samedi 15 juin à partir de 10 h à la médiathèque Louise Michel, au 1 rue du 14 juillet, à Vendres. Pour tout renseignement, on peut téléphoner au 04-67-32-60-50.
A l'heure où beaucoup de questions se posent sur la France périurbaine, il n'est pas inutile de participer à la diffusion de la connaissance historique en-dehors des centres urbains.



dimanche 26 mai 2019

RAPPEL POUR LES AGORAS DE L'APHG EN LORRAINE

L'APHG organise ses agoras du 23 au 26 octobre prochain en Lorraine. L'APHG-LR remboursera de ses frais d'inscription (60 euros) tout membre de la régionale qui s'y rendra. En retour, un compte-rendu est attendu et sera publié sur le blog de la régionale.
https://www.aphg.fr/Inscrivez-vous-aux-AGORAS-2019-de-l-APHG-en-Lorraine
Nous avons déjà plusieurs inscrits, et il reste de la place, qu'on se le dise!



jeudi 16 mai 2019

Journées romanes 2019 - les inscriptions sont ouvertes

Notre collègue Franck Dory signale à l'APHG-LR que l'association culturelle de Cuxa organise du 8 au 10 juillet prochain un colloque sur l'image romane à l'abbaye de Saint-Michel de Cuxa.


Le premier jour est gratuit et ouvert au public. Voici le programme :


Lundi 8 juillet – Ouverture
13h : Accueil des participants15h : Conférence d’ouverture : L’image à l’époque romane : vingt ans après – Jean Wirth, Université de Genève (Suisse)16h30 : Visite de l’abbaye, Caroline de Barrau, Emmanuel Garland, Olivier Poisson18h : apéritif amical dans le cloître
Mardi 9 juillet

9h : Affinités électives ? L’image romane et l’Orient chrétien Ioanna Rapti, École Pratique des Hautes Études, Paris10h30 : Figures christologiques romanes et ottoniennes : l’empreinte carolingienne – Anne-Orange Poilpré, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA EA 410014h : Transmission de motifs / transmission de contenus ? Antécédents carolingiens et postérité romane de la porte d’Hildesheim – Isabelle Marchesin, conseillère scientifique pour l’art du IVe au XVe siècle, Institut national d’histoire de l’art, Paris15h30 : Constructions culturelles sur les images miraculeuses à l’époque romane (Xe-XIIe siècles) – Fuensanta Murcia Nicolás, Fondation Seneca, Murcia (Espagne)17h : Mettre en forme la Vie : le livre d’Évangiles de l’abbé Odbert de Saint-Bertin (Boulogne, BM, ms. 11) – Cécile Voyer, Université de Poitiers, CESCM20h30 : église de Codalet : concert (participation aux frais)

Mercredi 10 juillet

Excursion, visite : Château-musée de Peralada et église de Vilanova de la Muga (Catalogne).
Jeudi 11 juillet
9h : Autour de la Bible de Lyon (Lyon, BM, ms. 410-411) et de quelques grandes bibles enluminées dans le centre-sud de la France à la fin du XIIe siècle – Marianne Besseyre, conservateur du Patrimoine10h30 : Images mnémotechniques et enseignement claustral : le cas du Traité des oiseaux de Hugues de Fouilloy (v. 1160) et de quelques cloîtres historiés du XIIe siècle – Rémy Cordonnier, Bibliothèque de l’agglomération, Saint-Omer14h : Réinventer les Vertus à Cluny : image romane et culture monastique autour de 1100 – Sébastien Biay, Institut national d’histoire de l’art, Paris15h30 : La figuration du Zodiaque dans le lieu ecclésial comme mise en image(s) des rapports entre Ciel et Terre – Angélique Ferrand, Docteure en histoire de l’art médiéval17h : Communications de jeunes chercheurs (1) : Les peintures murales de l’église Nostra Senyora del Roure à Taillet (Pyrénées-Orientales) : nouvelles observations – Michel Desmier, étudiant, Université de PerpignanUn nouveau regard sur l’église Saint-Frambourg à Senlis – Kornelia Rosza, étudiante, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne18h : Assemblée générale de l’Association culturelle de Cuxa


Vendredi 12 juillet
Matin : Visite du cloître d’Elne, Olivier Poisson, ACC, Pere Beseran, Universitat de Barcelona
14h : Communications de jeunes chercheurs (2): Les images du paon sur les chapiteaux du XIIe siècle – Raphaël Demès, Docteur en histoire de l’art médiévalLe Bien à l’épreuve du Mal : iconographie du portail et de l’église à Beaulieu-sur-Dordogne (Corrèze) – Elise Haddad, doctorante, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris15h : Images romanes de l’Italie normande – Valentino Pace, Trinity Coll. [Hartford, USA] Rome Campus, Università di Udine (Italie)16h : Approches de l’image à l’époque romane : des compilateurs d’avant Émile Mâle aux nouvelles approches de l’après-Belting – Xavier Barral i Altet, université de Rennes, université de Venise Cà Foscari17h : Conclusions des Journées – Cécile Voyer, Université de Poitiers, CESCM
Samedi 13 juillet
Excursion, visite : l’ancienne abbaye de Ripoll (Catalogne), Jordi Camps, MNAC, Barcelone, Pere Beseran, Universitat de Barcelona


Le bulletin d'inscription est ici.

vendredi 10 mai 2019

Soirée littéraire à Béziers



Mercredi 15 mai, Richard Vassakos, président de notre régionale, présentera son ouvrage sur les noms de rues en Biterrois à la Maison de la région, 5 avenue Alphonse Mas, à 18 h 30.



mercredi 1 mai 2019

L'APHG-LR signale

L'APHG organise ses agoras du 23 au 26 octobre prochain en Lorraine. L'APHG-LR remboursera de ses frais d'inscription (60 euros) tout membre de la régionale qui s'y rendra. En retour, un compte-rendu est attendu et sera publié sur le blog de la régionale.
https://www.aphg.fr/Inscrivez-vous-aux-AGORAS-2019-de-l-APHG-en-Lorraine


Par la même occasion, nous signalons l'existence des journées de l'archéologie au mois de juin, dont l'APHG devient partenaire. La vice-présidente de notre association, Joëlle Alazard, s'y implique fortement.






https://journees-archeologie.fr/c-2019/Organisateurs

jeudi 18 avril 2019

Conférence de Philippe Lacombrade à Sortie-Ouest



Si l'histoire du sport ne fut longtemps pas un sujet universitaire, elle est incontestablement, avec Philippe Lacombrade, un sujet vivant. Vivant et méridional, faut-il le préciser, en entendant notre collègue et en observant sa gestuelle. C'est la moindre des choses pour le rugby, peut-on répondre.
Pourtant, l'identification de ce sport avec le Sud-Ouest n'a longtemps rien eu d'évident. Entre 1892 et 1914, les clubs finalistes du championnat de France sont généralement parisiens, pour un sport qui reste l'apanage des enfants de l'élite sociale qui fréquente alors les lycées. C'est par les établissements scolaires qu'il s'installe en Occitanie, et d'abord à Montpellier entre 1890 et 1895. Il ne perce vraiment à Béziers qu'en 1911, avec l'argent des négociants en vin et l'achat du terrain de Sauclières par la compagnie de chemins de fer du Midi. C'est dans l'entre-deux-guerres qu'il se répand et s'implante durablement dans les villages où il commence à se démocratiser. Il en devient d'ailleurs si violent que les Anglais refusent de jouer face aux Français entre 1931 et 1940. Les équipes méridionales s'imposant alors dans le championnat national, avec Toulouse, Perpignan ou Narbonne, c'est à ce moment-là qu'il devient un marqueur identitaire régional. Le rugby à XIII se forme avec des joueurs radiés du XV pour professionnalisme, souvent issus de milieux plus populaires. Le régime de Vichy casse son essor en l'interdisant, même s'il est rétabli à la Libération.
Après la guerre, le rugby méridional domine totalement la scène nationale, avec une succession de cycles mettant en valeur successivement des équipes dotées d'une forte identité de jeu : Lourdes et son style très mobile dans les années 1950, puis le Grand Béziers des années 1970-1980, avec une équipe à la fois très puissante et très offensive, en avance sur son temps dans la préparation et où les joueurs prennent beaucoup de décisions. Enfin, les années 1990 et 2000 voient le sacre de Toulouse et d'un jeu lui aussi très mobile. Depuis 1995 et l'arrivée du professionnalisme, beaucoup de clubs sont exclus du haut du tableau faute de moyens financiers, et ceux qui se maintiennent s'appuient sur un industriel qui les finance, comme Pierre Fabre pour le C.O.. Le recrutement international a largement uniformisé les styles de jeu.
En résumé, ce fut une magnifique soirée, dont les participants se souviendront longtemps, avec la présence d'anciennes gloires, parmi lesquels Richard Astre, le demi de mêlée du Grand Béziers, immense champion et homme d'une grande simplicité, dont la pertinence de l'intervention a marqué les esprits. Nos amis de Sortie-Ouest ont été une fois de plus remarquables, et nous avons convenu de reconduire l'expérience avec eux pour la saison 2019-2020.







dimanche 7 avril 2019

CONFERENCE A SORTIE-OUEST



Dans le cadre de son programme annuel de conférences, l'APHG-LR accueille  à Sortie-Ouest le mercredi 17 avril à 18 h 30 Philippe LACOMBRADE, professeur agrégé d'Histoire et chargé de cours à l'université Paul-Valéry de Montpellier, qui viendra nous parler de l'histoire du rugby en Occitanie. Conférence de clôture de notre saison, elle porte donc sur un sujet qui suscite bien des passions sur nos terres et qui fera écho, sans nul doute, au bel exposé de M. Correia sur l'histoire du football, prononcé en octobre à la médiathèque de Béziers.



samedi 23 mars 2019

L'APHG-LR signale et soutient une conférence-débat sur le thème :"Rugby : la fin du sexisme ?"

La prochaine conférence des soirées d'Hérodote portera sur le thème de l'histoire du rugby en Occitanie. En attendant, l'APHG-LR signale et soutient cette conférence-débat organisée au lycée Marc-Bloch de Sérignan le mardi 26 mars à 18 heures, ouverte au public, avec la participation des joueuses ou anciennes joueuses Aurélie Alexandre, Nathalie Amiel,Wanda Fabjanczyk et Anaïs Imbernon. Notons que le XV de France féminin fait incontestablement partie des meilleures équipes européennes et mondiales. Les amateurs de rugby aimeraient pouvoir en dire autant du XV de France masculin.



samedi 16 mars 2019

Conférence de Mathilde Larrère



Habituée des médias et de la vidéo, Mathilde Larrère est venue régaler l'auditoire réuni à Sortie-Ouest mercredi dernier d'une conférence sur la longue exclusion des femmes et des minorités de la représentation politique en France. Dotée d'une voix agréable, maniant bien l'humour et jouant sur des registres différents de vocabulaire, elle a incontestablement su captiver un public qui se trouvait être largement féminin.
Que retenir de son intervention ? Démarrant sur des parcours individuels, elle a montré avec quelle rudesse les premières femmes, les premiers ouvriers ou les premiers hommes de couleur ont pu être accueillis en politique dans notre pays, à l'instar de cet article du Figaro des années 1880, où l'on pouvait lire que si les femmes obtenaient le droit de vote, "les bœufs aussi voudront voter". Si ce genre d'ineptie a disparu, les propos salaces ou graveleux restent hélas fréquents. L'habitude est restée de renvoyer à la nature pour justifier une exclusion du politique. Les Montagnards ont inauguré cette pratique, en interdisant les clubs de femmes, à l'époque où l'un des rares qui existait était proche des hébertistes. La proximité supposée des femmes avec les religieux leur a également longtemps aliéné le soutien de la gauche radicale-socialiste. Globalement, il apparaît pourtant que des progrès importants, certes perfectibles, ont été faits depuis la fin des années 1980 vis-à-vis des femmes avec la parité, des candidats que M. Larrère définit comme "racisés" ou "racialisés", ou encore des homosexuels. Par contre, l'appartenance aux classes populaires est devenue peut-être encore plus rare qu'au XIXème siècle.
En résumé, c'était une soirée passionnante à titre d'information et de réflexion, même si on peut ne pas partager tous les propos entendus (ah! l'écriture inclusive!) ni toutes les catégories mentales issues de la sociologie que Mathilde Larrère emploie. On ne saurait conclure  sans remercier encore une fois nos amis de Sortie-Ouest, qui nous accueillent toujours avec une amabilité et une disponibilité sans faille.









lundi 4 mars 2019

CONFERENCE A SORTIE-OUEST





Dans le cadre de son programme annuel de conférences, l'APHG-LR accueille  à Sortie-Ouest le mercredi 13 mars à 18 h 30 Mathilde LARRERE, maître de conférences à l'université Paris-Est-Créteil-Val-de-Marne, qui viendra nous parler de "Femmes et minorités : dominations et résistances". Rappelons que Mme Larrère intervient régulièrement dans les médias, avec par exemple une chronique dans Arrêt sur Images et une autre sur Mediapart. Elle vient de cosigner avec Aude Lorriaux un ouvrage sur le thème de la soirée.





mercredi 20 février 2019

Conférence de Denis Peschanski

Mercredi 20 février, à l'invitation de l'APHG-LR et chez nos amis de Sortie-Ouest, Denis Peschanski est venu régaler un auditoire nombreux d'une magnifique conférence sur le thème de son maître-livre, "la France des camps, 1938-1946". Il a présenté son sujet debout et sans note durant deux heures, jonglant avec humour au sein de références précises et n'hésitant pas à égratigner les concepteurs de programmes scolaires qui ignorent la chronologie. Que retenir de son intervention?
D'abord, les camps d'internement ont été créés selon une logique d'exception par un décret du 12 novembre 1938, pour enfermer les "indésirables étrangers" de façon temporaire. Le flou de la notion et les circonstances amènent à y placer tant les Espagnols de la Retirada que des gens suspectés d'être favorables à l'Allemagne après la déclaration de guerre.
De l'été 1940 à l'été 1942, ils obéissent à une logique d'exclusion visant les éléments de "l'anti-France", avec souvent le ré-internement de gens qui avaient été précédemment libérés.
De l'été 1942 à la Libération, toujours dirigés par une administration française, ils sont intégrés au processus génocidaire dans le cadre de la déportation. Le gouvernement de Vichy y voit un moyen de marquer sa souveraineté face à l'occupant, alors même qu'il est très vite conscient de la finalité de l'opération.
Les camps retrouvent une logique d'exception par la suite jusqu'à leur fermeture en 1946, cette fois-ci pour les civils allemands ou pour les collaborateurs, souvent d'ailleurs des collaboratrices.
Encore une fois, on ne peut que remercier D. Peschanski de la qualité et de la clarté de son propos.




mercredi 13 février 2019

L'APHG-LR signale


L'Association Archéologique des Pyrénées-Orientales (AAPO), organise ce samedi une conférence susceptible d'intéresser des collègues par son thème.
L'Université Populaire du Verre nous est signalée par la même occasion.




 
imageConférence d’Ingrid DUNYACH
Samedi 16 février à 14h15, à l'UPVD, amphi Y, conférence d' Ingrid Dunyach : La place du Roussillon dans les échanges en Méditerranée aux âges du Fer,( résumé de sa thèse de doctorat).…
imageUniversité Populaire du Verre
Les vendredi à 17h30, Salle du Préau, 66690 Saint-André (près de la mairie - Allée de la Liberté). L’association Albères Verrières invite des spécialistes à partager avec tous, les connaissances…

lundi 11 février 2019

CONFERENCE A SORTIE-OUEST





Dans le cadre de son programme annuel de conférences, l'APHG-LR accueille  à Sortie-Ouest le mercredi 20 février à 18 h 30 Denis PESCHANSKI, directeur de recherches au CNRS et président des conseils scientifiques du Mémorial de Caen et du Mémorial de Rivesaltes, qui viendra nous parler de "La France des camps, l'internement (1938-1946)". Rappelons qu'il est l'auteur d'un ouvrage qui fait référence sur le sujet. Ses travaux actuels portent sur les questions autour de la mémoire, dans un cadre pluridiciplinaire, avec notamment des philosophes.


Entre le décret du 12 novembre 1938, qui permit d'interner les «indésirables étrangers» dans des centres spécialisés, et la libération du dernier interné en 1946, six cent mille hommes, femmes et enfants ont été enfermés dans les camps français. Denis Peschanski fait ici l'histoire d'un phénomène à la fois durable et massif. Deux cents camps, avec leurs bâtiments, leurs aménagements, une administration, des ministères de tutelle aux gardiens, des rapports socio-économiques avec leur région, une société internée, des solidarités, une entraide officielle et non officielle.




vendredi 1 février 2019

ATTENTION : MODIFICATION DE DATE



Dans le cadre des Soirées d'Hérodote, que nous organisons à Sortie-Ouest près de Béziers, nous signalons une modification : la conférence de Denis Peschanski, initialement prévue le 6 février prochain, est reportée au 20 février.



mardi 22 janvier 2019

CONFERENCE A LA MEDIATHEQUE DE BEZIERS

L'APHG-LR signale, dans le cadre de son partenariat avec les CPGE du lycée Henri IV à Béziers, qu'une conférence ouverte à tous est programmée à la médiathèque de Béziers le vendredi 25 janvier prochain à 18 h 30. Le conférencier invité par notre collègue M. Soria est  le philosophe Thierry PAQUOT, professeur émérite à l'Institut d'urbanisme de Paris et auteur d'un ouvrage sur le thème de la conférence : Utopies, utopistes et "désastres urbains". Il s'exprimera également le lendemain devant les élèves de CPGE du lycée.



jeudi 17 janvier 2019

Belle soirée à Sortie-Ouest!



Mercredi 16, le public biterrois a pu profiter d'une belle conférence organisée rapidement par l'APHG-LR et son président Richard Vassakos en partenariat avec nos amis de Sortie-Ouest, près de Béziers, et notamment de Laurence Vieira. Nous ne pouvons que saluer ici l'extrême disponibilité et la qualité de l'accueil qui nous est réservé à chaque fois, avec même une mise à disposition sans préavis d'un matériel pas prévu initialement.
Cette conférence, organisée à la demande de notre collègue Béatrix PAU, a été passionnante de bout en bout et a attiré un public nombreux, avec notamment une délégation de collègues du lycée Jean-Moulin de Béziers.
S. Tison a commencé par remettre en perspective la constitution des grandes nécropoles nationales à l'issue de la Première Guerre Mondiale, qui marque à la fois un deuil de masse et la volonté forte d'une personnalisation des sépultures, jusque là extrêmement rare. Ces "sites de conscience" sont maintenant candidats à un classement à l'UNESCO.
B. Pau a ensuite présenté les conditions dans lesquelles les corps des soldats français ont été regroupés, sur l'avis du général de Castelnau, dans ces quelques immenses nécropoles. Les adjudicataires privés chargés de ce travail l'ont alors effectué dans des conditions qui relevaient du pur scandale, qui a d'ailleurs fini par éclater : les entreprises, manquant de main d'oeuvre, étaient en effet payées en fonction du déplacement des corps, ce qui suffit à expliquer bien des pratiques peu reluisantes.
B. Duchene a enfin présenté les résultats de ses fouilles effectuées sur le cimetière militaire allemand de Boult-sur-Suippe, près de Reims. Entre morceaux humains plus ou moins épars et tombes individuelles contenant plus de deux pieds, il a pu retrouver des corps clairement identifiables par leurs plaques supposés officiellement enterrés ailleurs.
On l'a compris, c'est à regret  qu'il a fallu conclure cette soirée en tous points passionnante sur un sujet qui s'avère loin des images d'Epinal chargées d'émotion qu'il peut suggérer habituellement.






jeudi 10 janvier 2019

Conférence à Saint-Gély-du-Fesc



L'APHG Languedoc-Roussillon signale et soutient une conférence le vendredi 11 janvier 2019 à 19 h 30 :


"Les mobilités locales en France : état des lieux et perspectives "


Par Laurent Chapelon
Professeur d’Aménagement de l’espace et d’Urbanisme, Université Paul-Valéry-Montpellier
Directeur de la Faculté des Sciences Humaines et des Sciences de l’Environnement-UFR3




Restaurant "Les Coulondrines" (04-67-84-30-12) à Saint Gély-du-Fesc
Entrée Libre


Cette conférence vise à analyser l’évolution des mobilités locales en France au cours des quarante dernières années et à discuter des leviers d’action possibles pour promouvoir une mobilité plus durable. La mobilité locale couvre l’ensemble des déplacements réalisés dans un rayon de 80 km autour du domicile et sur le territoire national. Elle concerne les déplacements quotidiens pour aller travailler, étudier, faire ses courses, ses démarches administratives, se rendre sur un lieu de loisir… Elle représente 98% des déplacements des personnes résidant en France. Or depuis 40 ans ces déplacements ont connu de profondes transformations. Les distances se sont allongées grâce à l’augmentation des vitesses induisant des phénomènes d’étalement urbain. Il est devenu possible d’habiter loin de son lieu de travail tout en conservant un temps de trajet acceptable. Il s’en est suivi une forte dépendance automobile accompagnée par des politiques publiques très favorables à ce mode de transport. Or, les problèmes de congestion et de pollution induits par la voiture individuelle imposent aujourd’hui de repenser l’organisation du système de transport dans sa globalité. La mobilité durable s’est peu à peu imposée au cœur des politiques publiques de transport. Mais réduire la dépendance automobile n’est pas chose aisée tant les modes de vie se sont structurés autour de l’automobile. Renoncer à la voiture ce n’est pas simplement changer de mode de transport, c’est modifier nos habitudes, nos activités, notre manière d’appréhender l’espace géographique. La conférence sera donc l’occasion de présenter la diversité des solutions permettant de rendre notre mobilité plus durable et de discuter de leur efficacité. Aujourd’hui il n’y a pas de levier d’action unique efficace pour y parvenir mais une somme de leviers que les pouvoirs publics seraient bien inspirés d’actionner pour répondre à des besoins de déplacements de plus en diffus dans l’espace et dans le temps.

CONFERENCE EXCEPTIONNELLE MERCREDI 16 JANVIER



A l'occasion de la présence dans notre région d'universitaires spécialistes des rites et sites funéraires de la Grande Guerre et en continuité avec les commémorations du centenaire de 14-18,  l'APHG-LR a le plaisir de vous présenter, en partenariat avec notre collègue Béatrix PAU, une conférence qui n'était pas prévue dans notre programme initial :

les mutations apportées par 14-18 dans l'approche culturelle et anthropologique des rites funéraires militaires.

Stéphane Tison MCF Université du Maine
Bruno Duchêne, Chercheur à l'INRAP de Reims
Beatrix Pau Professeur au Lycée Jean Moulin Béziers, docteure en histoire contemporaine et auteur du "Ballet des morts"




La Grande Guerre marque le passage de la fosse commune à la tombe individuelle. A compter de la loi du 29 décembre 1915 la République française officialise la création des sépultures militaires individuelles, dans le respect des rites cultuels, et s'engage à les entretenir. Pour autant, à la fin du conflit, tout reste à faire et le "nettoyage" des champs de bataille s'impose.
Face à l'immensité de la tâche, l'Etat recourt à des entreprises privées pour créer ces cimetières militaires. Or ces entrepreneurs funèbres devinrent de véritables mercantis de la mort qui s'enrichirent sur le dos des Morts pour la France et de l'Etat. D'ailleurs les fouilles sur les sites funéraires de la Grande Guerre et de les découvertes macabres de l'INRAP confirment ainsi le scandale des "nécrophores" de la mort.

Epic Hérault Culture
Théâtre Sortie Ouest Béziers,
Sortie A9 n°36
18h30
Restauration possible sur réservation.

Le bureau de l'APHG Languedoc-Roussillon

vendredi 4 janvier 2019

BONNE ANNEE 2019!!!




L'APHG-LR vous présente ses meilleurs vœux de succès et de d'épanouissement personnel et professionnel pour l'année qui s'annonce. Elle poursuivra ses efforts pour satisfaire au mieux les collègues et recueillir toutes les propositions qu'ils pourront émettre.
Elle profite de cette occasion pour vous rappeler la suite de son programme de conférences à Sortie-Ouest, près de Béziers (l'horaire est toujours 18 h 30) :
_le 6/02, Denis Peschanski viendra nous parler de la France des camps ;
_le 13/03, Mathilde Larrère interviendra sur "Femmes et minorités : dominations et résistances" ;
_le 17/04, Philippe Lacombrade nous parlera de l'histoire du rugby en Occitanie.


A cela, il faut rajouter, dans le cadre du partenariat avec les classes préparatoires du lycée Henri IV de notre collègue Laurent SORIA, une conférence de M. PACQUOT intitulée "Utopies, utopistes et "désastres urbains"", le 25 janvier à 18 h 30.


Ce sera toujours avec un grand plaisir que nous vous y retrouverons.


Enfin, nous pouvons signaler, même si l'APHG n'est pas impliquée directement, le festival de la biographie à Nîmes les 25, 26 et 27 janvier prochain au Carré d'Art. Nul doute que nombre de nos collègues y trouveront leur miel.






Bonne et heureuse année 2019!