lundi 27 avril 2020

Lecture de confinement - 3



"Nous sommes en guerre". Bel affrontement, avec une issue victorieuse, on espère de façon définitive, maintenant programmée pour le 11 mai, permettant aux humoristes de suggérer l'introduction d'un nouveau jour férié. Le directeur de la publication et éditorialiste de Charlie Hebdo, Riss, faisait remarquer qu'une crise sanitaire, même majeure, n'est pas une guerre. C'est l'occasion de lire et de réfléchir à ce que l'on a pu définir, derrière Clausewitz, comme la guerre absolue, à partir d'un ouvrage récent de J. Lopez et L. Otkhmezuri.





Jean LOPEZ et Lasha OTKHMEZURI, Barbarossa. 1941, la guerre absolue, Passés Composés, Paris 2019, 957 pages.


 


Voici un ouvrage aussi monumental que son sujet : l’opération Barbarossa, la plus gigantesque offensive militaire de tous les temps, et ses suites directes jusqu’à la fin de l’année 1941. Des sources imprimées à foison, vingt pages de bibliographie, des notes infrapaginales en quantité, un index copieux : avec ce livre, l’histoire militaire change de dimension sans perdre ses qualités intrinsèques que sont la connaissance d’entomologiste des équipements, des armées et de leurs manœuvres. Servi par un style simple et clair, l’ouvrage touche en effet aux dimensions idéologiques, politiques et stratégiques de cet affrontement qui pousse le régime nazi dans une impasse le conduisant à sa fin. L’aspect humain n’est pas négligé. Il apparaît dans des portraits, souvent surprenants et savoureux, des principaux chefs politiques et militaires des deux camps, et dans les témoignages toujours passionnants et parfois poignants qui servent de point d’entrée aux différentes parties de l’ouvrage. On pardonne d’autant plus facilement aux auteurs leurs quelques « What if » plus ou moins intéressants qu’ils apportent un point de vue éclairé sur bien des points ayant nourri des querelles historiques depuis la fin de la guerre.


Commençons par évoquer la genèse de la guerre contre la Russie soviétique dans l’esprit d’Hitler et des dirigeants nazis. Bien éloignée des idées bismarckiennes, elle germe dans l’Allemagne de l’après 14-18, où le souvenir de l’effondrement russe en 1917-18 semble prouver la fragilité de l’adversaire et en même temps la possibilité d’exploiter et de coloniser les terres immenses de l’Est. L’arrivée à Munich de Russes Blancs souvent violemment antisémites et d’Allemands de la Baltique comme Rosenberg conforte cette impression et est certainement à l’origine de la diffusion du mythe  judéo-bolchevique. Hitler, ensuite, ne perd plus jamais de vu l’objectif de la conquête du Lebensraum à l’Est, même s’il se montre parfaitement capable de le placer sous le boisseau pour des raisons tactiques. L’ordre définitif de préparer Barbarossa date du 18 décembre 1940. En face, Staline n’envisage le monde, qu’il connaît peu, que sous l’angle de la lutte entre l’URSS et les régimes capitalistes, et son principal souci est de maintenir la division parmi ces régimes afin d’éviter qu’ils ne s’accordent pour attaquer son pays. A partir de là, lui aussi est prêt à tous les compromis pourvu que l’affrontement ne le concerne pas. Stupéfait et énervé par la rapidité de la défaite française, il pense acheter la paix avec Hitler en lui offrant une aide économique substantielle, dans un appeasement que Chamberlain n’aurait pas renié. Son invraisemblable cécité devant la multiplication des signaux d’alerte ne s’explique que par son refus de simplement envisager une autre option.


Venons-en à l’aspect militaire de la préparation et du déroulement des opérations. Les généraux allemands font preuve jusqu’en décembre 1941 d’un optimisme sans limite nourri par une sous-estimation systématique, et faut-il dire, systémique, de l’URSS. Ils sont persuadés, et Hitler avec eux, que la victoire est possible en une seule campagne. La logistique est notoirement insuffisante, et elle est en thrombose complète à partir du mois de novembre, s’avérant incapable, par exemple, d’acheminer les effets d’hiver qui existaient pourtant. Le mépris professionnel pour l’Armée Rouge, alimenté par les Grandes Purges et par la guerre russo-finlandaise de 1939-40, n’a pas de borne. Chacun d’eux ne voit dans cette opération, et souvent de façon très individualiste, qu’une occasion de briller à peu de frais, à telle enseigne que les plans d’ensemble ne deviennent que des successions de compromis boiteux. En décembre 1941, l’échec de leurs attaques puis la contre-offensive de Joukov devant Moscou provoquent une vraie crise morale chez eux. En face, sûrs de leur propre supériorité et nourris de mythes internationalistes, les Soviétiques multiplient les contre-attaques alors même que leur manque de moyens de communication les rendent inefficaces et coûteuses. Souvent mal placées, leurs troupes sont souvent encerclées et anéanties par les Allemands. A la fin de 1941, leurs pertes sont littéralement démentielles. Pourtant, les stocks énormes accumulés avant guerre permettent de lever et d’équiper constamment de nouvelles unités, sans pratiquement faire appel aux éléments déployés en Sibérie, contrairement à une légende tenace.


Surtout, cette guerre est l’occasion pour les deux régimes de montrer leur nature profonde. Dans le cas de l’URSS stalinienne, on reste sans voix devant ces gens du NKVD qui s’acharnent à poursuivre des complots imaginaires jusque dans Leningrad assiégée, alors même que l’on s’y tue pour un bout de pain. A chaque crise militaire, souvent nourrie par la peur qu’ont les cadres de déplaire, Staline réagit par un surcroît de contrôle policier et idéologique : les peuples suspects sont déportés, des communistes fidèles sont envoyés dans les troupes, les exécutions se multiplient, la coercition se déploie à une échelle inimaginable, jusqu’à déployer des canons pour décourager les soldats soviétiques de reculer. Nullement anticipé, le démontage des usines et leur envoi vers l’Oural se font dans un désordre étonnant. Lopez le résume en une formule : « La guerre ne fut pas la rédemption du stalinisme, mais son exaltation. » En face, le nazisme montre le fond de sa nature et de son projet. L’objectif final d’anéantir l’URSS et de coloniser les immensités qui s’y trouvent ne peut passer que par l’élimination plus ou moins lente des millions de citadins des grandes villes russes. Von Leeb ne prend pas Leningrad, et Hitler ne vise pas Moscou, car il n’a que faire de leurs habitants. Les laisser mourir de faim constitue en soi un objectif politique de la guerre. Les millions de prisonniers sont entassés sans être pratiquement nourris pour la même raison. Personne dans la Wehrmacht ne s’oppose à cela. Au contraire, gavés de la culture militaire germanique extrêmement violente envers les francs-tireurs et la population qui les abrite, les grands chefs allemands approuvent et prêtent la main aux pires atrocités, à l’image de Manstein en Crimée. Persuadés que « les Russes ne sont que des nègres blancs » encadrés par des communistes juifs, ils ne voient dans tout foyer de résistance possible qu’une gêne à détruire. Les premiers ordres purement génocidaires apparaissent ainsi au début août à propos des marais du Pripet, vus comme un foyer possible de guérilla. Ordre est donc donné d’éliminer les hommes juifs et de pousser les femmes et les enfants dans les marais. Trop peu profonds, ils ne s’y noient pas, et il faut donc les abattre avec des armes. Dans la construction du génocide des juifs, Lopez en vient donc à imputer une très lourde part de responsabilité aux militaires allemands, vite relayée et amplifiée par les bourreaux de Himmler. On est loin des mémoires  de ces stars de l’histoire militaire, qui ne sont en fait que des plaidoyers pro-domo faisant mine de se réfugier dans la pure technicité guerrière pour mieux faire oublier leur participation aux horreurs du nazisme.


La guerre absolue est un déchaînement de violence apocalyptique que seule la monstruosité du nazisme pouvait engendrer dans une collision géante avec le totalitarisme soviétique. On l’a compris, c’est vraiment une très belle synthèse que ce livre, susceptible de capter l’attention de publics différents et qui tous progresseront à sa lecture.


Jean-Philippe Coullomb



Aucun commentaire:

Publier un commentaire